Affaire Scajola, Berlusconi crie au complot. Fini et Bossi: Ce n’est pas vrai

5 Mai

Le Cavaliere a pris l’interim et les oppositions attaquent: « Un énorme conflit d’intérêts ». Le president de la Chambre des députés : « Il n’y a aucune conspiration ». Le leader de la Ligue du Nord : « Les magistrats font leur travail »

ROME – « Je prends l’interim pour l’instant, mais il est clair qu’il y a une conspiration contre le gouvernement ». D’après la dèpêche Agi, Silvio Berlusconi se serait adressé ainsi à un groupe de sénateurs du PDL dans le Palais Grazioli. Le jour après la démission du ministre des Activités productives Claudio Scajola (qui a « créé un précédent dangereux car n’importe qui pourra maintenant demander la démission d’un ministre »), le Cavaliere ne remplace pas le ministre et prend sur soi cette charge. Toutefois, il ne renonce pas à crier au complot. Mais cette fois-ci, personne ne le suit : ni Gianfranco Fini, et cela allait sans dire, ni même Umberto Bossi. Le président de la Chambre des députés, interviewé sur Sky, prend ses distances : «Il n’y a aucune conspiration ni aucun acharnement des juges contre le gouvernement, protéger la légalité est un devoir de tous. Il faut accélérer sur le décret anti-corruption ». Le leader de la Ligue du Nord en fait de même : « Conspiration? Les magistrats font leur travail ».

« Je prends l’interim ». « Pour l’instant, je prends l’interim. Il faut poursuivre sur le nucléaire car cela a bien démarré », dit Berlusconi, mettant de côté l’hypothèse de remplacer le titulaire du ministère des Activités productives. Ce n’est pas la première fois que le chef du gouvernement en décide ainsi. Au cours du gouvernement précédent, il a été responsable des Affaires Étrangères aussi. Le président du conseil a confié à un sénateur vouloir chercher quelqu’un qui soit en dehors de la politique (« S’ils me laissent faire… », comme il l’a dit avec une boutade). Ensuite, il a répété à tous que « Pour l’instant, il n’y a pas de candidatures. Il vaut mieux – ainsi raisonne-t-il – attendre que la situation se calme, sans troubler les équilibres du gouvernement. La durée [de mon interim, NdT] va dépendre des candidatures éventuelles, on verra plus loin ». À l’après-midi, le Cavaliere est allé au Quirinale, où le Président Giorgio Napolitano a signé le décret de sa nomination. Sur ce, les oppositions se sont déchaînées. Anna Finocchiaro, présidente des sénateurs du PD, s’exprime de façon sèche : « À présent, le conflit d’intérêts crève les yeux. Ce président entrepreneur ne peut pas être le ministre du Développement économique aussi ». Le leader de l’IDV, Antonio Di Pietro, ajoute : « C’est un conflit d’intérêts colossal. C’est la preuve que, encore une fois, ce gouvernement entend seulement faire ses propres intérêts ».

« Il y a une conspiration ». Ce n’est que le début. « D’autres personnalités vont être attaqués, qui sont proches de moi, et d’autres acteurs du gouvernement. Cela a déjà été fait, et ce sera fait encore une fois », annonce-t-il à ses sénateurs. « Il y a une conspiration – d’après les sources, c’est celle-ci la théorie du Cavaliere – organisée par un système qui est extérieur au gouvernement, et qui a des cartes en main », ou qui essaie de désarçonner l’exécutif « par le biais des médias ». Dans son discours, le Cavaliere a parlé « d’un groupe presque organisé » menaçant l’activité du gouvernement, « d’un dossier dévoilé de manière échelonnée et faisant partie d’une opération bien plus grande que l’affaire Scajola ».

Repubblica, 5 maggio 2010. Traduit par Extraduzione.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s