Archive | Anna Finocchiaro RSS feed for this section

Le décret de loi sur les écoutes téléphoniques voté au Sénat

10 Juin

Source : Repubblica. Ecrit par Extraduzione.

Le vote de confiance engagé par le gouvernement italien sur le décret de loi concernant les écoutes téléphoniques s’est déroulé aujourd’hui au Sénat. Le décret de loi a été approuvé avec 164 votes pour, 25 contre et de nombreuses absences et abstentions.

Hier les sénateurs de l’Idv (Italie des valeurs, le parti guidé par l’ancien juge Antonio Di Pietro) avaient déclaré puis mis en exécution une occupation des sièges du gouvernement qui s’est déroulée pendant toute la nuit et jusqu’à 11 heures ce matin. Les sénateurs Idv ont occupé les sièges du gouvernement et déployé des drapeaux italiens, en signe de protestation contre l’engagement de ce vote de confiance. Ce dernier est en effet, selon Antonio Di Pietro, « une prévarication qu’on n’aurait mis en place même pas à l’époque de Mussolini ». Le président du Sénat, Schifani, a essayé de rappeler à l’ordre les sénateurs de l’Idv, puis a demandé leur expulsion du Sénat.

Le débat s’est ensuite ouvert parmi les protestations prévisibles des partis de l’opposition : dans son intervention, Anna Finocchiaro du Pd a parlé de « massacre de la liberté » et annoncé que les sénateurs du Pd ne prendraient part au vote. « Cette loi ne protège pas la vie privée des gens, mais les criminels ; elle tue la liberté d’information et limite les moyens à la disposition des enquêteurs pour identifier et punir les coupables ». Après son intervention, saluée par des applaudissements des sénateurs de son parti, Anna Finocchiaro a invité tous les sénateurs du Pd à sortir de la salle. A l’extérieur du Sénat, la protestation contre le décret de loi a vu une convergence de points de vue : la Fédération italienne de la presse (Fnsi), l’Idv, le Peuple violet, le Pd.

Maurizio Gasparri du Pdl s’est prononcé contre les sénateurs du Pd sortis de la salle : « Vous n’êtes pas démocrates », a-t-il dit. Mais le refus de voter ce décret de loi a concerné d’autres partis politiques aussi : absents les sénateurs du Mpa (Mouvement pour l’autonomie) et les 7 sénateurs à vie parmi lesquels Rita Levi Montalcini, Francesco Cossiga et Maurizio Pera, ancien président du Sénat. Les sénateurs de l’Idv, réadmis en salle, ont voté contre, les sénateurs du Parti radical en ont fait de même.

Antonio Di Pietro (Idv) a annoncé un référendum pour abroger ce décret de loi, Anna Finocchiaro (Pd) a préconisé une intervention de la Cour constitutionnelle. Le décret de loi sera à nouveau présenté à la Chambre des députés pour une troisième fois avant d’être soumis au Président de la République, Giorgio Napolitano, pour promulgation.

Source : Repubblica. Ecrit par Extraduzione.

Affaire Scajola, Berlusconi crie au complot. Fini et Bossi: Ce n’est pas vrai

5 Mai

Le Cavaliere a pris l’interim et les oppositions attaquent: « Un énorme conflit d’intérêts ». Le president de la Chambre des députés : « Il n’y a aucune conspiration ». Le leader de la Ligue du Nord : « Les magistrats font leur travail »

ROME – « Je prends l’interim pour l’instant, mais il est clair qu’il y a une conspiration contre le gouvernement ». D’après la dèpêche Agi, Silvio Berlusconi se serait adressé ainsi à un groupe de sénateurs du PDL dans le Palais Grazioli. Le jour après la démission du ministre des Activités productives Claudio Scajola (qui a « créé un précédent dangereux car n’importe qui pourra maintenant demander la démission d’un ministre »), le Cavaliere ne remplace pas le ministre et prend sur soi cette charge. Toutefois, il ne renonce pas à crier au complot. Mais cette fois-ci, personne ne le suit : ni Gianfranco Fini, et cela allait sans dire, ni même Umberto Bossi. Le président de la Chambre des députés, interviewé sur Sky, prend ses distances : «Il n’y a aucune conspiration ni aucun acharnement des juges contre le gouvernement, protéger la légalité est un devoir de tous. Il faut accélérer sur le décret anti-corruption ». Le leader de la Ligue du Nord en fait de même : « Conspiration? Les magistrats font leur travail ». Lire la suite