Archive | Corriere della Sera RSS feed for this section

L’Aquila, des milliers de personnes à la manifestation pour la reconstruction

16 Juin

Les manifestants demandent la suspension des impôts pour tous et sans limites, ainsi que le déblocage des fonds


Source : Corriere della Sera, 16 juin 2010. Traduit par Extraduzione.

L’Aquila – Des banderoles, des drapeaux, des vuvuzelas aussi, mais aucun symbole politique, seulement le noir et le vert, les couleurs de L’Aquila. Des milliers de personnes ont adhéré à la mobilisation pour demander la suspension des impôts pour tous et sans limites – et non seulement pour les autonomes ayant des ressources inférieures à 200 mille euros annuels – ainsi que le déblocage des fonds pour la reconstruction. Ils ont aussi dénoncé le fait que des dizaines de milliers de personnes – plus de 32.000 – sont toujours sous assistance. Dans la ville frappée par le tremblement de terre dévastateur d’avril 2009, la mobilisation s’est ouverte avec une banderole dont le texte était « SOS ».

L’autoroute – Des milliers de personnes ont participé à la manifestation : 20.000 d’après les organisateurs, 10.000 selon la Préfecture. Parmi les présents, outre le maire de L’Aquila Massimo Cialente (sans sa bande tricolore, en signe de protestation), les maires de dizaines d’autres communes concernés par le tremblement de terre (eux, avec leur bande). A un moment donné, de nombreuses personnes ont quitté le parcours de la manifestation et sont allées en direction de l’entrée ‘L’Aquila Ouest’ de l’autoroute. L’entrée est restée bloquée jusqu’au moment où les manifestants ont fait marche arrière (après avoir parcouru quelques centaines de mètres sur l’A 24). Il y a eu des problèmes pour les automobilistes, mais la Police a affirmé que tout s’est déroulé de façon très paisible. Cialente, le maire de L’Aquila, est monté sur le fourgon des comités, ouvrant la route à l’occupation de l’A 24, ensuite il a pris un micro et a improvisé un discours. « Nous ne demandons rien, nous sommes en train de revendiquer nos droits », a-t-il dit. Une fois le discours terminé, es autres maires et les organisateurs de la manifestation ont serré dans leurs bras Cialente, visiblement ému.

Les demandesLes participants réclament le blocus de taxes, crédits, prêts et autres impôts pendant 5 ans, et une restitution étalée sur 10 ans et sans intérêts ; plus de garanties pour les chômeurs, les gens au chômage technique et les précaires ; des interventions visant à faire repartir des commerces ; les ressources nécessaires à la reconstruction, même par le biais d’une taxe exprès si besoin est ; ainsi que la simplification des procédures pour la reconstruction.

Corriere della Sera, 16 juin 2010. Traduit par Extraduzione.

Publicités

Un petit aperçu de l’opinion qu’à Il Giornale sur les propos de Santoro

21 Mai

Santoro donne l’ultimatum au Pd avant d’aller encaisser
Francesco Cramer

ROME – Le thème du programme d’Annozero tombe vraiment bien, puisque ce dernier est centré sur Benoît XVI et sur les scandales de l’Eglise, vraiment bien pour se voir en martyr. Mais un martyr agressif, plein d’animosité, acide, parfois méchant. Avec tout le monde, sans exclure personne. Et surtout avec la gauche, avec Bersani, avec Zavoli, avec les représentants de la minorité au sein du Cda de RAI. Il frappe fort, Michele SaintOr, de plus en plus « Or » à cause de cette séparation consensuelle à coups de millions qu’il est sur le point de signer. On parle de 10 millions d’euros d’indemnité de départ, qu’il aurait pour se tirer. De quoi avoir les frissons, mais il ne faut surtout pas le dire car sinon on fait de la peine à saint Michele : « Ce sont mes oignons, mon indemnité est un fait personnel », tonne SaintOr, qui poursuit à coups de « furieux » et de « furax ». « Si on nous enlève le programme, les spectateurs sont furieux. Quand quelqu’un change, les gens sont furax ». Mais celui qui râle le plus, c’est lui. Il ouvre le feu sur Bruno Vespa aussi : « On prend des leçons de la part tout le monde, on en prend même de Bruno Vespa. Or, que Bruno Vespa puisse nous donner des leçons d’éthique et de contrats, lui qui est payé comme le plus récent des prix Oscar du meilleur acteur en premier rôle pour faire un programme en crise, alors ça, c’est vraiment trop… » Lire la suite

Duccio Trombadori, un nome un programma

21 Mai

Al TG3 Linea notte di oggi, Duccio Trombadori, critico d’arte, prima glissa sul titolo del Pigeon aux petits pois di Picasso, perché è difficile spiegare i titoli ai telespettatori (??), poi confonde la Pastorale di Matisse con l’Olivier près de l’Estaque di Braque (dalla regia gli hanno mandato il fotogramma giusto, ma lui inciampa e corregge la Berlinguer, che mostra di saperne più di lui; poi si riprende in corner; nel frattempo dalla regia non sanno più che fotogramma mandare). Qui il video (dal minuto 31).
Pare di sognare. E quasi di poter rimpiangere Sgarbi, che almeno nella sua ignoranza è comico.

Aggiornamento: il contagio si estende, anche il Corriere della Sera confonde i due dipinti.

Scritto da Extraduzione